La Fabrique à Bouffe : un projet d’équipe pour la sécurité alimentaire

La Fabrique à Bouffe : un projet d’équipe pour la sécurité alimentaire

Ces dernières années, la Fabrique à Bouffe a servi en moyenne 15 000 repas par année. Le contexte actuel l’a amené à tripler sa production hebdomadaire. Petit tour d’horizon du fonctionnement « habituel » de cette cuisine de production hors du commun.   

Entièrement rénovée en 2014, la cuisine de la Fabrique à Bouffe se trouve aux Appartements Papineau.  

Cet immeuble d’habitation de 144 logements héberge plusieurs organismes, dont la Maison l’Échelon, le Parcours, le Centre de réadaptation en déficience intellectuelle et Le Mûrier. 

Francis Messier, coordonnateur de la Fabrique à Bouffe, de Cuisinons ensemble et des Appartements Papineau, nous explique que les résidents ont l’équipement nécessaire à la préparation des repas dans leur logement. Cependant il était important pour Le Mûrier de veiller à ce que chacun de nos 32 locataires puisse avoir accès, au besoin, à au moins un repas chaud par jour.   

Chaque midi du lundi au vendredi, la Fabrique à Bouffe prépare donc habituellement une cinquantaine de repas chauds, qui sont ensuite offerts à la clientèle pour un prix modique.  Quelques ajustements ont été effectué depuis le début de la pandémie; en plus de la quantité qui a augmenté considérablement, les repas sont offerts gratuitement.  

Des fournisseurs essentiels 

Préparer autant de repas chaque jour demande une bonne dose d’organisation et de rigueur, et engendrerait des coûts importants sans l’aide de nos fournisseurs partenaires. 

Ghislain Girouard, cuisinier-formateur de la Fabrique, planifie chaque mois son menu, en plaçant ses commandes pour les fruits et légumes, les viandes et les produits laitiers. Deux fois par mois, il se rend avec Louis-Philippe Robillard, responsable de la gestion des bâtiments (et de la ruche !) dans les entrepôts de Moisson Montréal afin d’y choisir les viandes, produits laitiers et produits non périssables qui nous permettent d’offrir des repas complets aux résidents. 

Une équipe affairée en cuisine ! 

Pour préparer autant de repas chaque jour, il faut une équipe aguerrie ! En temps normal, Ghislain dirige la cuisine en collaboration avec Chantal Rivard, une employée régulière qui a d’abord bénéficié du stage d’expérimentation au travail. Ils sont assistés d’une dizaine de stagiaires affectés à différentes tâches : couper les légumes, préparer les soupes et salades, et nettoyer la vaisselle et la cuisine (on peut imaginer à quel point cette dernière tâche est essentielle !).  

Quand sonne l’heure du repas 

Les repas sont servis dans la salle à manger des Appartements Papineau ; la plupart des dîneurs sont des clients du Mûrier, auxquels se joignent les stagiaires. Certains clients du Mûrier et des autres organismes préfèrent manger dans leur logement, on leur offre donc la possibilité de prendre leur repas pour emporter.  

Chaque jour, des repas sont cuisinés en extra dans le but d’être congelés. C’est un service que l’on offre aux résidents qui souhaitent aussi profiter de ces repas la fin de semaine, lorsque la Fabrique à Bouffe est fermée ; c’est bien pratique !  

En ce qui concerne les repas qui ne sont pas assurés par la cuisine, nos intervenants veillent à ce que les résidents gèrent adéquatement leur alimentation ; ont-ils de la nourriture au frigo, possèdent-ils les habiletés requises pour se préparer des repas ? Les résidents qui le souhaitent sont invités à se joindre à notre programme Cuisinons ensemble, qui redémarrera cet automne avec les mesures sanitaires nécessaires

Que se passe-t-il dans les autres services résidentiels à l’heure du dîner ? La Fabrique à Bouffe offre aussi des repas à la Maison des Papillons et au Foyer Pie-IX. Pour les autres habitations, nos intervenants cuisinent avec ceux et celles qui le souhaitent.  

Comme nous aspirons toujours à améliorer notre offre de services à la clientèle, et favoriser leur sécurité alimentaire, nous réfléchissons à des façons d’en faire plus. Une nouvelle cuisine de production, nommée l’Atelier, verra bientôt le jour au Toit Vert. 

 

À noter: les photos qui suivent ont été prises en février 2020, avant la mise en place des mesures d’hygiène et de distanciation liées à la COVID-19. 

L’Atelier : mise en chantier d’une nouvelle cuisine de production au Mûrier

L’Atelier : mise en chantier d’une nouvelle cuisine de production au Mûrier

Une subvention du Fonds d’urgence d’appui communautaire (FUAC) permettra à notre organisme d’accroître sa capacité de production alimentaire!

Le Mûrier dispose déjà d’une cuisine de production bien équipée, qu’on a nommé La Fabrique à Bouffe. Installée aux Appartements Papineau et entièrement rénovée en 2014, elle est le centre névralgique de notre production de repas.

La subvention du FUAC, une belle occasion d’accroître nos services

La nouvelle cuisine au Toit vert, qui se nommera l’Atelier, sera installée dans une portion inutilisée du garage intérieur de la résidence. Grâce à l’aide du FUAC, qui s’élève à 50 000 $, les travaux devraient débuter sous peu, et se terminer à la fin de l’été.

L’Atelier nous permettra d’augmenter à la fois la capacité de production alimentaire et le nombre de stagiaires expérimentant une activité de travail. Car avoir une cuisine de production, c’est également une occasion d’offrir des stages d’expérimentation à l’emploi aux personnes vivant avec un trouble de santé mentale grave. Elles peuvent ainsi découvrir les tâches et responsabilités d’un travail en cuisine, dans le respect de leur rythme et de leurs capacités.

Lorsque les activités régulières du Mûrier reprendront, nous pourrons lancer le processus de recrutement pour une dizaine de stages supplémentaires.

Une marque de confiance de la part du Fonds d’urgence pour l’appui communautaire

Le Mûrier a reçu cette subvention du Fonds d’urgence d’appui communautaire car l’organisme possède déjà des structures bien implantées pour rejoindre les personnes vivant avec un trouble de santé mentale. Il s’agit d’une clientèle particulièrement vulnérable à l’insécurité alimentaire, et nous sommes en première ligne pour leur offrir des services ciblés qui répondent à leurs besoins.

KINOS, une entreprise qui donne de son temps

KINOS, une entreprise qui donne de son temps

Éric Robillard fait partie de l’entourage du Mûrier depuis de nombreuses années ; en fait, il a côtoyé le directeur général du Mûrier, Alex Chayer, pendant ses études. Une amitié durable !  

En 2003, Éric a fondé Kinos, une agence de publicité, de design et d’idéation qui offre une panoplie de services créatifs : graphisme de marque, publicité imprimée et numérique, production vidéo, conception de sites web et autres services associés.  

Sa réputation n’est plus à faire ; au fil des ans, Kinos a développé une longue liste de clients dont eOne Entertainment/Les Films Séville, TVA Films, Disney, Warner Bros., 20th Century Fox, Paramount, HBO, Les Éditions de la Mortagne, MP2B assurance et la Chambre de commerce et d’industrie de Laval.  

Joindre la communauté du Mûrier 

Lorsque M. Robillard a manifesté l’intérêt de s’impliquer au sein d’un conseil d’administration, il a été invité à soumettre sa candidature pour joindre les rangs du Mûrier. Il a été élu administrateur en 2009 et a siégé pendant un an.  

Cela lui a permis de se familiariser avec la cause et de mieux cibler les besoins de l’organisation. Il en est venu naturellement à offrir les services de son agence, en facturant le meilleur prix possible, lorsque le Mûrier devait produire des documents nécessitant du travail de graphisme 

Puis, il s’est fait la réflexion suivante : comme il n’avait pas le réflexe de faire des dons en argent, il donnerait dorénavant de son temps. C’est ce qui l’a amené à offrir les services de son agence de manière bénévole.  

La cause est bonne. Le Mûrier a pour mission d’aider les gens ; si moi je peux aider, c’est comme aider les gens directement. Selon moi, l’argent [du Mûrier] doit aller aux gens !  

Depuis, il réalise gratuitement la conception graphique des rapports d’activités du Mûrier. Il a aussi créé certains visuels pour les activités du Mûrier, comme les panneaux d’affichage que vous avez pu voir sur la sécurité alimentaire et Le Mûrier au 5 à 7 de notre communauté. Les services de graphisme, rédaction et traduction sont à la disposition du Mûrier si l’organisme en fait la demande.  

Son attachement pour les services du Mûrier 

Éric souligne à quel point les défis sont grands, pour un organisme en santé mentale, quand il est temps de recueillir des fonds ou mobiliser le grand public à sa cause.  

Ce qu’ils font [au Mûrier] n’est pas sexy ! Ils sont dans le quotidien, l’épicerie, l’aide au budget, fournir un appartement, aider à l’autonomie. C’est une mission concrète, proche du monde, c’est ce qui m’a toujours plu. On ne peut pas tous faire les causes glamour, ça prend du monde pour les vraies affaires du quotidien !  

Merci Éric d’appuyer la mission du Mûrier grâce à ton entreprise !  

MOISSON MONTRÉAL, UN PARTENAIRE ESSENTIEL POUR NOTRE MISSION 

MOISSON MONTRÉAL, UN PARTENAIRE ESSENTIEL POUR NOTRE MISSION 

Notre mission est d’améliorer la qualité de vie des personnes vivant avec un trouble de santé mentale grave. Ces personnes font partie des populations dites vulnérables; ce sont les groupes à risque d’exclusion sociale et dont le faible revenu est persistant. Le contexte actuel les touche directement.   

Nos résidents sont particulièrement touchés par l’insécurité alimentaire et l’isolement. Ils peinent souvent à planifier leurs achats alimentaires et à préparer leurs repas.  

Il y a maintenant deux ans que nous bénéficions du partenariat de Moisson Montréal pour nous approvisionner en denrées alimentaires. Ce partenariat est essentiel pour la réalisation de notre mission, et nous permet de veiller à la sécurité alimentaire de nos résidents.   

Une augmentation importante des dons alimentaires

Entre le 1er avril 2019 et le 31 mars 2020Moisson Montréal a distribué 8 721 kilogrammes de denrées au Mûrier, représentant une valeur de 49 709 $. Une augmentation de près de 40% par rapport à l’an dernier.  

En 2018-2019, ces denrées ont été utilisées dans la préparation de repas à coût modique pour nos résidents des Appartements Papineau. Notre accès croissant aux denrées cette année nous a permis d’augmenter le fonctionnement de la Fabrique à Bouffe, notre cuisine de production. Nous avions donc commencé à offrir ces repas à d’autres services résidentiels du Mûrier, afin d’aider plus de résidents.  

La Fabrique à Bouffe fait de petits miracles

Depuis le début de la pandémie, notre Fabrique à Bouffe produit sans relâche, grâce à une équipe extrêmement dévouée et efficace. Nous avons quadruplé notre rendement et nous servons désormais des repas gratuits à tous les résidents du Mûrier. Nous avons même développé un partenariat avec la Maison Saint-Dominique afin de leur offrir également une centaine de repas gratuits par jour, du lundi au vendredi.  

Ces quelques 880 repas par semaine ne pourraient être offerts gratuitement aux personnes vivant avec un trouble de santé mentale grave sans la contribution de Moisson Montréal. Ils ont d’ailleurs réagi rapidement à la crise en augmentant leur offre de denrées de 30% pour chaque organisme partenaire. 

Il est donc naturel pour nous de les remercier du fond du cœur, et de vous inviter, dans la mesure de vos moyens, à donner à Moisson Montréal. Vos dons permettront d’aider plus de 250 organismes communautaires de l’île de Montréal à réaliser leurs missions.

Une nouvelle alliance pour la sécurité alimentaire

Une nouvelle alliance pour la sécurité alimentaire

En cette période de pandémie, la collaboration et l’entraide sont essentielles. Les personnes vivant avec un trouble de santé mentale que nous desservons ont besoin de toutes les ressources disponibles afin de maintenir la meilleure qualité de vie possible.

Depuis la mi-mars, notre équipe sert gratuitement plus de 100 repas par jour à nos résidents, du lundi au vendredi. L’objectif est de les aider à respecter les consignes gouvernementales de confinement tout en assurant leur sécurité alimentaire.

Nous savons que les personnes vivant avec un trouble de santé mentale grave sont davantage touchées par l’insécurité alimentaire, et qu’elles vivent en temps normal plus souvent de la pauvreté et de l’isolement social. En ce moment, elles sont aussi plus vulnérables face à la contamination au coronavirus.

C’est pour cette raison que le Mûrier et la Maison Saint-Dominique ont convenu d’une action commune; la Fabrique à Bouffe du Mûrier, qui fonctionne à plein régime grâce à deux employés extrêmement dévoués, préparera gratuitement 70 repas supplémentaires du lundi au vendredi pour la Maison Saint-Dominique, donc 350 repas de plus chaque semaine!

La clientèle de la Maison Saint-Dominique est formée d’adultes à faible revenu, vivant seuls et ayant des problèmes de santé mentale. La mission de l’organisme est de leur offrir un logement social permanent ainsi que du soutien psychosocial et communautaire, en leur laissant beaucoup d’autonomie dans les autres sphères de leur vie. L’offre alimentaire ne fait donc pas partie de ses services habituels, car ses résidents achètent et préparent leurs repas eux-mêmes.

Dans le contexte actuel, les organismes œuvrant dans le secteur des services résidentiels pour les personnes vivant avec un trouble de santé mentale souhaitent tous faciliter la vie de leur clientèle, veiller à leur sécurité alimentaire et diminuer au maximum les risques de contagion. C’est pourquoi notre mission commune nous amène à former cette alliance naturelle. La Maison Saint-Dominique devrait recevoir ses premiers plats d’ici quelques jours.

Nous tenons à remercier tous ceux qui ont rendu cette collaboration possible, et plus particulièrement nos employés et nos fournisseurs de denrées alimentaires.