Nouveau programme de la relève pour les employés !

Nouveau programme de la relève pour les employés !

Nadia Juin est intervenante au Mûrier depuis près de quinze ans. Elle a travaillé dans presque tous les services résidentiels, côtoyant diverses clientèles, acquérant chaque fois de l’expérience nouvelle. Depuis quelques années, elle contribue au mieux-être des résidentes du Jalon au sein de l’équipe d’intervenantes de Guylaine de Tonnancour. 

Le Mûrier a la chance de pouvoir compter sur des employé(e)s dévoué(e)s et qui s’investissent à long terme. Nous tenions à valoriser cet engagement, et c’est pourquoi nous croyons que la relève doit venir de nos rangs. Un nouveau programme a donc été mis en place pour préparer le recrutement et la formation pour les futurs coordonnateurs et coordonnatrices.

Le comité de direction, formé des coordonnateurs, de la direction générale, des ressources humaines et de la gestion des bâtiments, s’est réuni afin de cibler les personnes ayant les aptitudes et le savoir-être nécessaires pour occuper un poste de coordination. C’est à ce moment que Nadia a été identifiée, tout comme une autre collègue aux compétences pertinentes ; c’est finalement l’ancienneté qui a tranché sur celle qui deviendrait la première « cobaye » (c’est Nadia qui le dit !) de ce programme de la relève.

Formation personnalisée et partage des connaissances

Pour une première expérience, on peut dire qu’on n’a pas fait les choses à moitié ; c’est Mme Diane Vinet, consultante en gestion et anciennement directrice générale de l’Association canadienne pour la santé mentale – Filiale de Montréal, qui a été recrutée pour « coacher » la recrue. 

Mme Vinet accompagnera Nadia au cours des prochains mois afin de l’outiller dans son évolution. Première étape : rencontrer puis sonder les membres du comité de direction sur différents aspects, à l’aide d’un questionnaire. Ce processus lui permettra de se faire un portrait global du Mûrier et de mieux comprendre le rôle qu’elle aura à jouer en tant que coordonnatrice.

Elle devra ensuite faire une présentation du Mûrier devant le comité de direction ; cela lui permettra de partager sa compréhension du fonctionnement de l’organisme, de sa vie associative et de ses services. Elle sera encouragée à s’exprimer librement sur les forces et les faiblesses de la direction ; comme le Mûrier valorise un mode de gestion participative, elle sera ensuite invitée à donner son point de vue sur ce qui pourrait être amélioré, et la façon de s’y prendre.

Au courant des prochains mois, elle pourra aussi être exposée à diverses situations afin de la préparer à son futur rôle de coordonnatrice : assister à des comités, évaluer des résidentes, chercher des solutions à des problématiques réelles. Les coordonnateurs pourront l’impliquer dans différentes démarches pour qu’elle touche à tout.

Bref, une formation complète et respectueuse de son rythme et du bagage d’expérience et de connaissances qu’elle a à offrir au Mûrier. Le processus permettra à Nadia de développer davantage ses compétences, et à ses collègues de partager leur expertise.

Au départ, Nadia était hésitante quant à ses capacités à prendre en charge des responsabilités accrues ; grâce au soutien qu’elle reçoit, elle affirme que ses craintes ne la freinent plus dans sa progression.

Un vent de fraîcheur aux services résidentiels du Jalon

Un vent de fraîcheur aux services résidentiels du Jalon

​Saviez-vous que Le Mûrier permet à une centaine de personnes d’avoir un chez-soi, grâce à 6 services résidentiels répartis à Montréal? Le Jalon a la particularité de proposer 12 appartements réservés exclusivement aux femmes ayant un trouble de santé mentale et bénéficiant d’un suivi en psychiatrie légale. Le Mûrier y dispense des services 24 heures sur 24, sous l’œil attentif de Guylaine de Tonnancour, coordonnatrice du Jalon depuis près de vingt ans.  

Les services résidentiels du Mûrier sont offerts sur référence d’un professionnel de la santé, en passant par le mécanisme d’accès régional coordonné par le CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal 

Chaque résidente a accès à un studio à aire ouverte composé d’un coin salon, cuisined’un espace repos, ainsi que d’une salle de bain privée. Un réfrigérateur et un four meublent la cuisine pour permettre aux résidentes d’être autonomes dans la préparation de leurs repas. À leur arrivée au Jalon (suite à une hospitalisation ou un séjour en institution carcérale, par exemple), Guylaine de Tonnancour explique que certaines résidentes n’ont pas l’équipement nécessaire pour s’installer confortablement en appartement; le Mûrier leur propose alors, pour un prix modique, un trousseau de départ qui comporte plusieurs essentiels, comme des draps, des serviettes de bain, de la vaisselle, des chaudrons, un grille-pain, une bouilloire… tout un coup de main, qui leur évite bien des soucis!  

Les résidentes bénéficient aussi d’un accompagnement dans leur vie quotidienne. Guylaine et ses collègues intervenantes les soutiennent dans la prise de leur médication et dans l’apprentissage de certaines tâches. Elles les guident notamment dans l’entretien de leur studio, l’achat de nourriture, la préparation des repas ou l’établissement d’un budget. L’équipe en place s’assure aussi que les conditions ordonnées par la cour, s’il y a lieu, sont respectées (couvre-feu, etc.), en travaillant de pair avec le personnel de l’Institut Philippe-Pinel. 

Des réunions et des fêtes sont aussi organisées par les employé(e)s, comme des bingos, des karaokés et des fêtes de fin d’année. Cette année, Guylaine raconte que les résidentes ont profité d’un brunch de Noël très agréable, ainsi que de soirées réveillons les 24 et 31 décembre. Cela permet de briser l’isolement et de renforcer les liens entre les résidentes, dans une période où certaines se sentent parfois seules. Les participantes ont d’ailleurs souligné à quel point elles avaient apprécié les festivités cette année!  

Le programme d’amélioration continue rénove les espaces au Jalon 

Les activités sociales se tiennent dans la salle communautaire, qui a récemment fait l’objet d’un projet d’amélioration. Les portes ont été changées, et les murs ont reçu un coup de pinceau revigorant. La salle d’eau commune a également eu droit à ce traitement de rafraîchissement, à la satisfaction de toutes.  

Mais ce sont les travaux de rénovation majeurs qui ont suscité le plus d’enthousiasme : mentionnons tout d’abord la terrasse extérieure en bois, qui a été terminée juste avant les premières neiges. Comme la ruelle derrière Le Jalon a été transformée en ruelle verte depuis peu, cela en fait un milieu de vie agréable où passer du temps. Le Mûrier a donc remplacé le balcon par une terrasse ornée de bacs à fleurs, et une murale a été peinte sur le mur extérieur par les gestionnaires de la ruelle. Les résidentes ont très hâte d’y jardiner ce printemps, et de profiter de l’arrivée du mobilier pour faire des soirées BBQ.  

Guylaine souligne aussi un projet d’importance qui a été bouclé dans les derniers mois : l’ajout d’une salle réservée à la gestion de la médication. Ce troisième bureau fermé, mis à la disposition des intervenants, leur permet d’accorder toute l’attention nécessaire à la gestion puis à la distribution des médicaments pour chaque résidente, diminuant ainsi les risques d’erreurs.  

Enfin, un studio vacant a été rénové en grand, avec de nouvelles armoires, de nouveaux planchers et une couche de peinture fraîche; cela promet d’être un milieu accueillant pour la future résidente qui y aménagera.  

Chapeau à toute l’équipe, qui s’active jour et nuit à faire du Jalon un milieu chaleureux, et à outiller les résidentes dans l’amélioration de leur qualité de vie!